Un nouvel éclairage pour Lucerne, la ville lumière

La réalisation des mesures de protection contre les inondations s’est accompagnée d’une restructuration du centre névralgique

Seetalplatz à Emmen. Les mesures de rénovation relatives au trafic ont également permis de moderniser tous les dispositifs

d’exploitation et de sécurité (DES), éclairage compris, afin qu’ils soient à la pointe de la technologie. Baumeler a participé au projet.

 

 

L’appel d’offres public remporté par l’entreprise Baumeler Leitungsbau AG couvrait près de 370 luminaires aux formats et aux données de montage les plus variées, autour de la Seetalplatz d’Emmen. Les luminaires ont été haubanés avec des câbles en acier et suspendus à divers types de candélabres, ainsi qu’à des mâts des transports publics de Lucerne (VBL) ou aux façades des bâtiments. Les passages cyclistes souterrains ont été éclairés avec des réflecteurs à répartition intensive et des luminaires étanches. Tous les luminaires sont équipés d’une technologie LED de pointe.

La réalisation devait respecter le concept d’éclairage du plan à long terme de la ville de Lucerne, le «Plan lumière». L’offre de l’entreprise Baumeler Leitungsbau AG comprenait l’élimination conforme des luminaires et lampes existants, l’installation complète et prête à l’emploi, ainsi que la livraison de tout le matériel, y compris les dispositifs de montage comme les mâts et les candélabres.

Le projet s’est déroulé en trois phases principales, sur une durée de trois ans:

• Phase de montage 1: mai 2015 à octobre 2015
• Phase de montage 2: août 2016 à octobre 2016
• Phase de montage 3: octobre 2017 à novembre

L’un des défis principaux résidait dans le fait que la circulation ne pouvait pas être déviée, puisque la Seetalpatz représente la «porte d’entrée» de Lucerne et de la partie ouest du canton de Lucerne. En outre, la Seetalplatz traverse la Petite Emme, tout en étant bordée par l’autoroute et le chemin de fer, ainsi que par la gare routière, faisant ainsi de ce lieu un point névralgique de la circulation. La gestion du trafic a donc dû être adaptée presque chaque semaine en fonction de l’avancée des travaux, c’est-à-dire des phases de montage. Ce fut constamment un défi majeur pour le personnel de montage ainsi que pour les usagers de la circulation.